Presses Universitaires de Vincennes

Votre panier

» 0 article


La culture de la récompense
  • Auteur(s) : Chloé Delaporte
  • Collection : Culture et Société
  • Nombre de pages : 380
  • Langues : Française
  • Paru le : 03/05/2022
  • EAN : 9782379242380
  • Caractéristiques
    • Support : Livre broché
    • ISSN : 0993-6416
    • CLIL : 3655 Cinéma
    • ISBN-10 :
    • ISBN-13 : 978-2-37924-238-0
    • EAN-13 : 9782379242380
    • Format : 137x220mm
    • Poids : 528g
    • Illustrations : Oui
    • Édition : Première
    • Paru le : 03/05/2022
    •  
    • Support : PDF
    • ISBN-13 : 978-2-37924-239-7
    • EAN-13 : 9782379242397
    • Taille : 4 Mo
    • Protection : Marquage (water mark)
    • Illustrations : Oui
    • Paru le : 03/05/2022
    •  
    • Support : ePub
    • ISBN-13 : 978-2-37924-240-3
    • EAN-13 : 9782379242403
    • Taille : 1 Mo
    • Protection : Marquage (water mark)
    • Illustrations : Oui
    • Paru le : 03/05/2022
    •  
    • Support : pack ePub + PDF
    • ISBN-13 : 978-2-37924-241-0
    • EAN-13 : 9782379242410
    • Taille : 1 Mo
    • Protection : Marquage (water mark)
    • Illustrations : Oui
    • Paru le : 03/05/2022
    •  

La culture de la récompense

Compétitions, festivals et prix cinématographiques

Palme d’or, César, Lumière, Globe, Trophée, Prix Louis-Delluc, Jean-Vigo, Serge-Daney, Henri-Langlois, Jean-Renoir ou Alice-Guy : il n’a jamais existé autant de prix cinématographiques. Ce livre est le premier à leur être consacré. 

Des prix du cinéma, on ne connaît souvent que le nom des lauréats. Faisant l’hypothèse que les distinctions valorisent au moins autant les récompenseurs que les récompensés, Chloé Delaporte explore les coulisses des cérémonies de remise des prix cinématographiques français et étudie leur fonctionnement à partir d’entretiens avec leurs organisateurs. Au croisement de la sociologie et de l’économie du cinéma, des Film Festival Studies et des sciences de l’information et de la communication, l’ouvrage constitue une source de documentation inédite et offre à la fois une méthode d’analyse et un modèle théorique pour penser la tendance à la récompensiarisation des champs culturels.
Ce livre repose sur une enquête de terrain, réalisée en France entre 2018 et 2020 dans le cadre d’une recherche sur les enjeux socioéconomiques des prix du cinéma, de la télévision et de l’audiovisuel.


Ouvrage publié grâce au soutien de l'équipe RIRRA21 (EA 4209, Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Auteur(s) :
Chloé Delaporte

SommaireRésuméExtrait(s)Collection/Abonnement

Mots-clés : Cinéma | Culture | Festivals | Prix | Sociologie

notre page Facebook notre fil Twitter notre flux des nouveautés notre page Linkedin notre page Vim�o




Sommaire

Introduction     

Chapitre 1. Une histoire des prix cinématographiques        

Les trois formats récompensatoires                                               

Les prix singuliers ; Les prix festivaliers ; Les prix en bouquet

Les causes de l’inflation                                                                        

L’explosion festivalière ; Grands prix pour petits écrans; Mécénat et sponsoring culturels ; Relations publiques et culture de la récompense

Les implicites                                                                                             

L’implicite professionnel; L’implicite formel ; L’implicite générique ; L’implicite national ; L’implicite écranique ; Les implicites sociaux

 

Chapitre 2. Une théorie des prix cinématographiques        

Valeur, valorisation, valuation                                                           

Je récompense donc je suis                                                                

L’économie récompensatoire comme place de marché        

Quatre logiques de capitalisation sociale et symbolique      

La logique de champ ; La logique de marque ; La logique de classe ; La logique militante

Chapitre 3. La logique de champ. L’ambition nomothétique du champ cinématographique                       

L’édiction du canon                                                                              

Cannes ou la convergence des logiques ; Les César ou la confrontation des logiques ; Le Prix Jean-Vigo ou la combinaison des logiques

Sous-champ contre-champ                                                               

Le documentaire; L’animation ; Le cinéma de genre

Enjeux corporatistes                                                                            

Les métiers du scénario; Les métiers de la composition musicale ; Les métiers de la traduction audiovisuelle

 

Chapitre 4. La logique de marque. Caution philanthropique et légitimation cinéphilique                        

Les prix de la critique                                                                          

Un lieu de distinction : le Prix Louis-Delluc ; Un lieu de structuration : le Syndicat Français de la Critique de Cinéma ; Un lieu de promotion : les Lumières de la presse internationale

Stratégies médiatiques                                                                       

Canal+, la chaîne du cinéma ; Flatter le lectorat, séduire les annonceurs ; Plateformisation et participation

Publicités déguisées                                                                             

Le contournement législatif des marques de tabac et d’alcool; Les lauréats-sandwichs des fondations d’entreprise

 

Chapitre 5. La logique de classe. Blanchiment d’expertise et gaspillage tactique                                                

Le marché des droits d’auteur                                                        

Clubs, think tanks et groupes d’influence                                  

Les dominantes           

 

Chapitre 6. La logique militante. Négocier la norme          

La protection de l’enfance                                                                

Un lobbying pour l’accessibilité                                                      

Les répertoires d’action féministes                                               

Les répertoires d’action queer         
 

 

Chapitre 7. L’éducation à l’image. Un cas limite de l’action publique                                                                            

Les jurys jeunes                                                                                      

L’Éducation nationale à l’image                                                      

Les prix des détenus, de l’encapacitation à l’instrumentalisation                                                                        

 

 

Conclusion                                                                                               

Bibliographie                                                                                          

Index des récompenses                                                                     

Résumé

Et si les prix cinématographiques ne disaient pas tant du talent des artistes qui les reçoivent que des stratégies de celles et ceux qui les remettent ?

À partir d’une enquête de terrain sur les prix du cinéma et de l’audiovisuel français, Chloé Delaporte offre un point de vue original en dévoilant les enjeux sociaux, économiques, artistiques et culturels qu’ils soulèvent. Des festivals célèbres aux compétitions confidentielles, l’ouvrage explore le versant organisationnel des prix cinématographiques : qui les met en œuvre, avec quelles ressources et quels objectifs ? Il propose une contribution empirique et théorique à l’analyse de la valorisation des biens culturels et invite à réfléchir plus largement sur la place symbolique du cinéma dans l’économie de marché.

 

Enseignante-chercheuse, Chloé Delaporte est maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches au département cinéma, audiovisuel, nouveaux médias de l’université Paul-Valéry Montpellier 3 (RIRRA21). Ses travaux portent sur les conditions socio-économiques de diffusion et de valorisation des films.


Abstract

Extrait(s)

Introduction :

Il n’a jamais existé autant de compétitions, festivals et prix cinématographiques. Palme d’or du Festival de Cannes, César du meilleur film, Prix Louis-Delluc, Lumière de la presse internationale, Prix Jean-Vigo, Trophée du public et Globe du meilleur film coexistent au milieu d’une kyrielle de dispositifs aux formats, périmètres, objectifs et renommées variables. Suivant la logique du winner-takes-all, seul un petit nombre est distingué, dans un effet d’entraînement qui, pour les uns, corrobore les accusations d’entre-soi et de dés pipés et, pour les autres, confirme la qualité de certains films et le talent de certains professionnels.

Les prix et les dispositifs dans le cadre desquels ils sont remis (tels les festivals compétitifs ou les cérémonies dédiées, que je qualifie de « dispositifs récompensatoires ») concentrent les ambitions à la fois artistiques et commerciales qui animent le cinéma depuis ses débuts, en tous cas depuis les débuts de son industrialisation 1. Les prix cinématographiques cristallisent l’incompatibilité construite entre démarche esthétique et visée mercantile, entre culture et industrie ou entre cinéma et marché, qui, « selon une tradition cinéphilique qui a fait florès, [sont] deux univers qui par essence se distinguent et s’opposent, dont la rencontre relève du compromis, porte la monstruosité 2 ». Comble de la compromission des artistes selon des impératifs marchands ou nécessaires dispositifs d’évaluation de la qualité filmique, les prix cinématographiques incarnent la dialectique existentielle du cinéma.

Les enjeux qu’ils recouvrent dépassent toutefois la simple sphère du cinéma. Ils débordent d’ailleurs le cadre normé des cérémonies de remise, qui n’en sont que la vitrine. Les cérémonies sont le versant que les médias diffusent et que les spectateurs et spectatrices connaissent, celui que l’on retient et qui, année après année et cérémonie après cérémonie, construit un panthéon autant qu’une certaine mémoire du cinéma. Le public se souvient des prises de parole engagées ou émues lors des remises de trophées, des remerciements, des poignées de main et des embrassades, mais aussi des interventions décousues ou interminables, des instants de gêne ou de solitude, des chutes et accidents vestimentaires. Évoquer les prix cinématographiques, c’est appeler tout un imaginaire, charrier un ensemble de représentations, de souvenirs et d’anecdotes, dont les cérémonies de remise et grands festivals ne constituent pourtant qu’une seule facette.

Pour les professionnels du cinéma, le rôle des prix cinéma­tographiques ne se réduit pas au moment ritualisé de leur attribution. Généralement considérés comme des indicateurs de qualité artistique, les prix s’insèrent dans un système de labellisation qui trouve sa pertinence à toutes les étapes de la chronologie du film : la mention d’un prix du scénario dans un dossier de production peut inciter un guichet de financement à placer des fonds dans un projet, l’obtention d’un prix en festival peut favoriser l’achat d’un film par un distributeur ou un diffuseur télévisuel, infléchir un plan de sortie et une stratégie marketing, encourager une programmation en salle ou une vente internationale. Un prix d’interprétation pourrait même, dit-on, « faire une carrière ». Par ailleurs susceptibles de jouer un rôle prescripteur en orientant les choix de consommation des publics, les prix trouvent leur place sur les affiches et en amorce des films-annonces, sont mentionnés dans les critiques, guides et annuaires de films, disposent de catégories dédiées sur les plateformes de vidéo à la demande ou les sites de streaming. Ils occupent visiblement aujourd’hui, au sein des filières cinématographique et audiovisuelle, une place structurante dans la circulation des contenus et les échanges entre les différents secteurs.

Ce livre part de ce constat. Il propose une analyse socio-économique de leurs usages et enjeux dans les sociétés libérales-capitalistes contemporaines, à partir du cas français. À rebours des approches scientifiques habituelles, il ne porte pas sur les « effets » des prix, mais sur les motivations mêmes de leur création. Que le lecteur ou la lectrice à la recherche d’un commentaire de palmarès ou d’une controverse esthétique repose donc le livre. Les prix n’y sont pas appréhendés comme des signes immanents de qualité ; les films et lauréats n’y sont qu’accessoirement mentionnés. En revanche, ce livre documente l’envers du décor : il retrace l’histoire des dispositifs, remonte le fil de leur existence, déconstruit les logiques de leur mise en œuvre, met au jour les stratégies dans lesquelles ils s’inscrivent et lève le voile sur les intérêts en jeu, souvent éloignés du cinéma.

Ce déplacement du regard, depuis les lauréats des prix à celles et ceux qui les remettent, est motivé par l’hypothèse que les prix valorisent au moins autant les récompenseurs que les récompensés.

S’il existe de plus en plus de prix cinématographiques, on peut imaginer que ce n’est peut-être pas parce qu’il existerait de plus en plus de films ou de professionnels de qualité à récompenser, mais parce que de plus de plus d’acteurs, notamment d’acteurs différents, auraient intérêt à en remettre. Car ce qui caractérise la période contemporaine n’est pas tant la diversification des prix que celle de leurs organisateurs : de l’académie savante au syndicat professionnel, de la collectivité territoriale au groupe média, de l’association cinéphile au think tank influent, de la marque de luxe à la fondation d’entreprise, tout le monde, ou presque, organise désormais des prix cinématographiques. Leur analyse dévoile donc plus qu’un fonctionnement interne du champ cinématographique et de ses instances de distinction : elle montre combien le cinéma constitue un « lieu » symbolique où viennent capitaliser tous les acteurs du monde social, selon leurs intérêts respectifs.

Ce livre repose sur une enquête de terrain, réalisée en France entre 2018 et 2020 dans le cadre d’une recherche académique sur les enjeux socioéconomiques des prix du cinéma, de la télévision et de l’audiovisuel 3. Le matériau récolté au cours de l’enquête provient de trois méthodologies principales. La première, d’ordre quantitatif, a consisté en un travail d’identification et de référencement des prix cinématographiques existant ou ayant existé en France, au moyen de sondages systématiques et aléatoires dans la presse professionnelle spécialisée et les archives télévisuelles de l’INA. L’analyse de la littérature grise (règlements des prix ; statuts, organigrammes et bilans des sociétés et associations ; communication interne et externe) a ensuite permis de compléter les informations relatives à chaque prix et de constituer une base de données, à prétention non pas exhaustive, mais représentative. Plusieurs milliers de prix ont été référencés, lesquels sont remis, pour deux tiers d’entre eux, au sein de festivals.

La deuxième méthode, d’ordre qualitatif, est l’observation ethnographique directe (parfois participante) de vingt-quatre cérémonies de remise, aux formats divers. Une sélection de clichés photographiques réalisés au cours des observations est reproduite au sein du livre. La troisième méthode est l’entretien : soixante-quatorze entretiens compréhensifs avec des acteurs de l’économie récompensatoire cinématographique française ont été réalisés. La plupart de mes interlocuteurs et interlocutrices sont des dirigeants et dirigeantes d’institutions cinématographiques, des présidents et présidentes de jurys, des délégués généraux et déléguées générales ou artistiques de festivals, des responsables de structures culturelles ou associatives, des directeurs et directrices de la communication ou des marketing managers de sociétés qui occupent des positions plus ou moins centrales dans les filières cinématographique et audiovisuelle, de la chaîne de télévision nationale à l’association de quartier. Toutes les mentions et citations directes des entretiens ont été relues et parfois corrigées à la marge par les professionnels interrogés.

Le livre se divise en sept chapitres. Dans le premier chapitre, à vocation historique, j’introduis un vocabulaire spécifique à l’analyse des prix, notamment la notion de « format récom­pensatoire », et contextualise leur augmentation depuis le dernier quart du xxe siècle. Ce panorama met en lumière l’existence de nombreux « implicites » au sein de l’économie récompensatoire, qui favorisent l’émergence de prix dédiés à des formes ou genres dominés. Le deuxième chapitre pose, lui, un cadre théorique : j’y dresse un état de l’art sur les prix culturels et développe l’hypothèse directrice de l’ouvrage, autour de l’expression « je récompense donc je suis ». L’économie récompensatoire apparaît dès lors sous les traits d’une place de marché où les différents acteurs viennent capitaliser en termes non seulement financiers mais surtout sociaux et symboliques. La modélisation de quatre logiques de capitalisation sociale et symbolique (logique de champ, logique de marque, logique de classe et logique militante) organise la suite de l’ouvrage : les chapitres 3 à 6 sont, chacun, consacrés à l’examen d’une logique, tandis que le septième et dernier chapitre propose l’analyse d’un « cas limite » de l’action publique, celui du rôle des prix cinématographiques dans l’éducation à l’image.

Au croisement de la sociologie pragmatique des arts et de la culture, de l’économie critique des biens symboliques et des film festival studies, ce livre entend combler un relatif impensé des études cinématographiques et audiovisuelles, en resituant les prix dans un contexte capitaliste d’industrialisation de la culture et de mise en porosité du substrat culturel à des fins marchandes. Au centre des convoitises, le cinéma paraît s’accorder à tous les désirs.


1. Ce n’est pas un hasard si les grands prix cinématographiques sont nés au moment où les filières cinématographiques s’institutionnalisaient : les Academy Awards (surnommés Oscars, du nom donné à la statuette remise en trophée) ont été fondés en 1929 par l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences (AMPAS), émanation de l’oligarchie hollywoodienne constituée autour des majors naissantes.

2. Laurent Creton, Cinéma et marché, Paris, Armand Colin, 1997, p. 7.

3. Chloé Delaporte, Culture(s) de la récompense. Enjeux socioéconomiques et communicationnels des prix du cinéma, de la télévision et de l’audiovisuel, œuvre originale (vol. 3) du dossier d’HDR en sciences de l’information et de la communication, Université Sorbonne Paris Nord, 2020.

Culture et Société

Présentation

Les oeuvres et les savoirs humains s'inscrivent dans des institutions sociales comme dans des formes historiques du langage. C'est donc l'étude des modes discursifs qui fait la spécificité de cette collection : l'approche sociocritique s'y applique aussi bien à des mouvements militants qu'à des représentations textuelles, elle peut interroger l'invention d'une différence des sexes comme des pratiques méconnues des avant-garde artistiques.

« Interférences des écrits, des institutions et des formes »

Sous la direction de Denis Pernot, Violaine Roussel et Laure de Verdalle