Presses Universitaires de Vincennes

Votre panier

» 0 article


Compositeurs et réalisateurs en duo
  • Auteur(s) : Collectif
  • Collection : Esthétiques hors cadre
  • Nombre de pages : 382
  • Langues : Française
  • Paru le : 15/02/2022
  • EAN : 9782379242144
  • Caractéristiques
    • Support : Livre broché
    • ISSN : 1248-4679
    • CLIL : 3655 Cinéma
    • ISBN-10 :
    • ISBN-13 : 978-2-37924-214-4
    • EAN-13 : 9782379242144
    • Format : 160x220mm
    • Illustrations : Oui
    • Paru le : 15/02/2022
    •  
    • Support : PDF
    • ISBN-13 : 978-2-37924-215-1
    • EAN-13 : 9782379242151
    • Taille : 13 Mo
    • Protection : Marquage (water mark)
    • Illustrations : Oui
    • Paru le : 15/02/2022
    •  
    • Support : ePub
    • ISBN-13 : 978-2-37924-216-8
    • EAN-13 : 9782379242168
    • Taille : 22 Mo
    • Protection : Marquage (water mark)
    • Illustrations : Oui
    • Paru le : 15/02/2022
    •  
    • Support : pack ePub + PDF
    • ISBN-13 : 978-2-37924-217-5
    • EAN-13 : 9782379242175
    • Taille : 1 Mo
    • Protection : Marquage (water mark)
    • Illustrations : Non
    • Paru le : 15/02/2022
    •  

Compositeurs et réalisateurs en duo

Dix-sept études musico-filmiques

Les dix-sept études musico-filmiques proposées par l’ouvrage tentent de dégager les traits stylistiques marquants de duos entre réalisateurs et compositeurs par-delà la diversité de leurs œuvres.

Les duos de créateurs, particulièrement en ce qui concerne les réalisateurs et les compositeurs, sont souvent l’objet d’une idéalisation, et il est fréquent de trouver des expressions comme « accords parfaits », « relation fusionnelle », tandem, frères, couple… L’ouvrage tente de dépasser ce stade pour travailler la notion de duo en proposant plusieurs stades, de la collaboration « au service de l’émotion collective », où la créativité reste soumise à des impératifs de divertissement et de rentabilité, à « l’alchimie cinémusicale » où le duo est peu à peu amené à élaborer une poétique musico-filmique qui lui est propre.

Coordinateur(s) du numéro :
Cécile Carayol |

Jérôme Rossi |
Auteur(s) :
Emmanuelle Bobée |
Cécile Carayol |
Michel Chion |
Philippe Gonin |
Florian Guilloux |
Chloé Huvet |
Jason Julliot |
Krishvy Naëck |
Stéphanie Odoux |
Sylvain Pfeffer |
Philippe Roger |
Jérôme Rossi |
Alexandre Vuillaume-Tylski

SommaireRésuméExtrait(s)Collection/Abonnement

Mots-clés : Analyse filmique | Analyse musicale | Compositeurs | Musique de film | Réalisateurs

notre page Facebook notre fil Twitter notre flux des nouveautés notre page Linkedin notre page Vim�o




Sommaire

À la recherche d’un « style duel »
Cécile Carayol et Jérôme Rossi         

 

1. Duos de choc
Au service de l'émotion collective

Claude Lelouch, Francis Lai, Christian Gaubert. Du duo réalisateur/compositeur au duo compositeur/arrangeur
Jérôme Rossi                                                                                                             

Vladimir Cosma chez Yves Robert. Naissance et évolution d’un style musical
Sylvain Pfeffer                                                                                                          

La collaboration de John Williams/Steven Spielberg au prisme d’E.T. the extra-terrestrial (1982). Un conte de fées doux-amer
Chloé Huvet                                                                                                              

De l’influence du réalisateur sur la musique. Le cas Luc Besson/Éric Serra, du Dernier Combat (1983) à la trilogie Arthur et les Minimoys (2006-2010)
Florian Guilloux                                                                                                        

Hans Zimmer/Christopher Nolan. Dunkirk ou la démission du compositeur ?
Jason Julliot                                                                                                            

2. Duos éphémères
Une identité inachevée

« Nous avions des rêves extraordinaires ». La rencontre Antoine Duhamel/Jean-Daniel Pollet
Philippe Gonin                                                                                                       

Georges Franju/Maurice Jarre. Ils n’ont dansé que cinq fois
Michel Chion                                                                                                         

Krzysztof Komeda/Roman Polanski. Du jazz polonais à la musique de film
Alexandre Vuillaume-Tylski                                                                               

Jean-Jacques Beineix/Gabriel Yared. La musique au cœur de l’image
Emmanuelle Bobée                                                                                              

Thomas Newman/Sam Mendes. Auscultation audiovisuelle du drame des banlieues bourgeoises dans American Beauty (1999) et Revolutionary Road (2008)
Chloé Huvet                                                                                                          

Variations sur le mélodrame. Carter Burwell/Todd Haynes
Philippe Roger                                                                                                      

Paul Thomas Anderson/Jonny Greenwood. L’intimité acerbe dans la structure narrative de Phantom Thread (2017)
Stéphanie Odoux                                                                                                  

3. Duos fusionnels
Une alchimie cinémusicale

Le fantastique de l’inconscient pathologique dans le cinéma de Claude Chabrol par « l’effet jansen »
Cécile Carayol et Jérôme Rossi                                                                           

David Lynch/Angelo Badalamenti. Anatomie d’une relation symbiotique, de Blue Velvet à Mulholland Drive
Emmanuelle Bobée                                                                                              

Il était une fois… Michel Ocelot/Christian Maire.
Duo d’orfèvres du court-métrage d’animation français
Florian Guilloux                                                                                                     

Jō Hisaishi/Hayao Miyazaki. Duo à la poésie singulière
Krishvy Naëck                                                                                                        

François Ozon/Philippe Rombi. Une esthétique de l’intime et du fantasme
Cécile Carayol                                                                                                        

 

Bibliographie                                                                                                          

Index des noms                                                                                                    

Index des titres                                                                                                      

Les auteurs        

Résumé

« Collaboration au long cours », « duo », « binôme », « frères », « tandem », « couple », le travail conjoint et prolongé d’un réalisateur et d’un compositeur nous fascine en ce qu’il mêle inextricablement sentiments amicaux et collaborations professionnelles.

Le présent ouvrage réévalue en profondeur le sujet en posant l’hypothèse qu’il existerait un authentique « style duel », œuvre d’un auteur bicéphale. Il en explore également les caractéristiques à travers trois types de collaboration suivie : celle qui, par sa longévité, finit par produire une forme de cohérence, celle qui trace un sillon singulier mais reste inachevée, et celle qui travaille une « alchimie cinémusicale ».

Dix-sept études musico-filmiques isolent les principes musicaux stylistiques fondateurs d’un duo, y compris dans son évolution, afin d’en déceler des permanences par-delà la diversité des films. Elles abordent un corpus international relevant aussi bien du cinéma populaire que d’auteur, allant du duo Georges Franju/Maurice Jarre à Christopher Nolan/Hans Zimmer, en passant par Jean-Daniel Pollet/Antoine Duhamel ou Hayao Miyazaki/Jō Hisaishi.

Cécile Carayol enseigne à l’université de Rouen en musicologie : ses recherches portent sur la musique de film (esthétique des genres, histoire et analyse).

Jérôme Rossi enseigne à l’université de Nantes : ses recherches ont pour objet la musique post-romantique et les rapports entre musique et cinéma.

Abstract

Extrait(s)

À LA RECHERCHE D’UN « STYLE DUEL »

Qu’entendons-nous par « duo » ou « binôme » ? Certes, un seul film présente déjà un travail commun entre un réalisateur et compositeur. Pour autant, il nous semble important de prendre en compte une temporalité longue pour parler d’un véritable duo. Le choix renouvelé d’un même compositeur ne va pas forcément de soi : selon Bertrand Blier, « de film en film, il faut toujours changer de compositeur, surtout si la dernière expérience a été enthousiasmante. Car la suivante ne pourra jamais l’être autant1 ». Réengager un compositeur est non seulement le signe d’une bonne entente entre les deux créateurs, mais aussi celui d’une reconnaissance artistique. Ainsi, les duos qui font ici l’objet d’études sont des collaborations suivies qui prennent en compte au moins trois films, certains atteignant même des records (trente-six longs-métrages pour Claude Lelouch et Francis Lai, près d’une trentaine pour Steven Spielberg et John Williams).

« Collaboration au long cours », « duo », « binôme », « frères », « tandem », « couple »…, autant de manière de nommer le travail conjoint et prolongé d’un réalisateur et d’un compositeur. Co-auteur juridique du film2, le compositeur joue un rôle essentiel dans la construction narrative et le vécu émotionnel de l’œuvre audiovisuelle. Les cas de collaboration unique sont très fréquents, soit que le réalisateur ait été déçu par le prédécesseur ou qu’il ait souhaité faire appel à un compositeur précis en rapport avec les besoins supposés de son film3, soit qu’une production ou un studio ait tout simplement imposé un musicien.

Dès les débuts du cinéma sonore, des tandems privilégiés se sont pourtant mis en place : Max Steiner et Michaël Curtiz aux États-Unis, Jean Grémillon et Alexis Roland-Manuel en France4, Serge Eisenstein et Serge Prokofiev en Russie. François Truffaut, pour lequel la musique ne constituait pas un enjeu majeur5 – ce qui ne veut pas dire qu’il ne la manipulait pas avec grand soin –, milite tout de même pour une collaboration poussée :

« J’ai des idées, mais je ne connais pas la musique. Souvent avec le musicien, le principal problème est celui du vocabulaire : quelquefois je dis à [Georges] Delerue : “Je vois ça joué en haut du clavier !” ou quelquefois je me sers d’exemples ou de comparaisons littéraires : c’est pourquoi on a intérêt à ne pas changer de musicien à chaque film. Comme on arrive à se comprendre de mieux en mieux, ce serait idiot d’avoir tout à recommencer avec quelqu’un d’autre6. »

Si ce type de liens possède quelque chose de fascinant en ce qu’il semble mêler inextricablement sentiments amicaux et collaborations professionnelles, il faut se garder de toute valorisation excessive au sein de cette œuvre éminemment collaborative qu’est le film, d’autres binômes réalisateur/acteur (on parle parfois de « l’acteur fétiche » d’un réalisateur), réalisateur/chef-opérateur, réalisateur/scénariste ayant émergé tout au long de l’histoire du cinéma. Comme l’affirme Michel Chion, « l’œuvre de cinéma est plus que l’expression d’un moi ; elle est le résultat qui transcende les intentions affichées. Différente en cela de l’œuvre due à un auteur unique, elle peut créer ses auteurs7 ». Loin d’être incompatible, et c’est en cela qu’une étude filmique ou musico-filmique devient passionnante, ce propos n’empêche pas cette autre vérité, complémentaire, d’émerger : ce n’est sans doute pas un hasard si l’on retient le lien particulier qui se noue entre un réalisateur et un compositeur. On ne compte plus les duos qui ont contribué à singulariser un genre – comme le suspense (Alfred Hitchcock/Bernard Herrmann), le western (Sergio Leone/Ennio Morricone), l’épouvante (Terence Fisher/James Bernard), la fantaisie gothique (Tim Burton/Danny Elfman), le giallo italien (Dario Argento/Goblin) – ou une esthétique – comme le réalisme poétique (Jean Vigo/Maurice Jaubert), le néo-hollywoodisme8 (Steven Spielberg/John Williams) ou le symphonisme intimiste9 (François Ozon/Philippe Rombi). C’est cette question d’une auctorialité des duos réalisateur/compositeur que nous souhaitons analyser en profondeur. Tout duo prolongé aboutit-il nécessairement à une singularité musico-filmique ? Dans quelle mesure la musique participe-t-elle à définir le style d’un réalisateur ? Peut-on considérer certains duos comme un « auteur bicéphale » au sens de la « politique des auteurs » d’André Bazin ? Selon ce dernier, la politique des auteurs « consiste, en somme, à élire dans la création artistique le facteur personnel comme critère de référence, puis à postuler sa permanence et même son progrès d’une œuvre à la suivante. On reconnaît bien qu’il existe des films “importants” ou de “qualité” qui échappent à cette grille, mais justement on leur préfèrera systématiquement ceux, fussent-ils sur le pire scénario de circonstance, où l’on peut lire, en filigrane, le blason de l’auteur10 ». Selon cette conception, un duo entre réalisateur et compositeur poursuivrait, par-delà la diversité des films, la quête d’une esthétique musico-filmique singulière constituée de figures musicales et cinématographiques récurrentes qui, bien qu’elles puissent évoluer, demeureraient reconnaissables tout au long d’une œuvre. L’ensemble de ces figures constituerait alors la marque d’un style musico-filmique propre à un binôme, soit un véritable style duel. Il faut entendre ici l’adjectif « duel » au sens de « double », même si la polysémie de « duel » n’est pas complètement hors de propos ici : la collaboration peut parfois prendre l’aspect d’une cohabitation qui n’est pas toujours pacifique – l’histoire de la musique de film regorge à ce propos d’exemples de partitions refusées, comme celle de Bernard Herrmann pour Torn Curtain (Alfred Hitchcock, 1966), d’Alex North pour 2001 (Stanley Kubrick, 1968) ou de Gabriel Yared pour Troy (Wolfgang Petersen, 2004).

Le tandem formé par Hichcock et Herrmann a fait l’objet de plusieurs études approfondies, notamment celles de chercheurs américains comme Royal S. Brown11 et Bruce Graham12 qui ont pu établir l’existence d’une dialectique transversale forte focalisée sur la fonction psychologique des personnages. Cependant, même dans une entreprise artistique apparemment aussi concluante qu’entre Hitchcock et Herrmann, mieux vaut se garder de toute idéalisation13. Michel Chion rappelle à ce propos que le « concept musical » de Frederico Fellini a survécu à Nino Rota (partitions de Luis Bacalov pour La Cité des femmes, 1981, de Gianfranco Plenizio pour Ginger et Fred, 1985, de Nicolas Piovani pour Intervista, 1987 et La Voce della Luna, 1990) ou que celui de David Lynch a précédé le recours à Angelo Badalamenti (Eraserhead, 1977)14. De même, ce que Royal S. Brown nomme à dessein l’« accord Hitchcock15 », résonnant notamment dans l’ostinato spirale de l’ouverture de Vertigo ou dans les accords amorçant le prélude de Psycho, apparait déjà dans les premières mesures du Concerto pour piano que Herrmann avait écrit pour Hangover Square (John Brahm, 1944) à des fins narratives quasi similaires16. Il arrive aussi qu’un compositeur puisse constituer plusieurs tandems remarquables, c’est le cas, par exemple, d’Alexandre Desplat qui compose dans des styles différents selon qu’il travaille pour Jacques Audiard ou Wes Anderson, tout en mettant en valeur des esthétiques propres à chacun.

Si tous ces cas de figure existent, l’inverse peut également se produire, notamment lorsqu’un réalisateur et un compositeur, une fois sortis d’une collaboration au long cours, reforment ailleurs, chacun de son côté, d’autres duos. Hitchcock terminera sa carrière avec le jeune Williams pour un résultat mitigé (Family Plot, 1975), tandis que ce dernier commence l’une des collaborations les plus unanimement saluées du cinéma mondial aux côtés de Spielberg (Jaws, 1975). Alors même qu’il avait déjà trouvé son complément idéal en la personne de Delerue, Truffaut sollicitera Herrmann (peu de temps après la fin de sa collaboration avec Hitchcock) pour deux films (Fahrenheit 451, 1965 et La mariée était en noir, 1968). Malgré l’admiration que le réalisateur français nourrit pour le compositeur de Hitchcock, leur bref duo n’aura été qu’une réussite partielle, jalonnée par des incompréhensions de part et d’autre17 dont les films portent quelques traces (le second en particulier). On pourrait reconduire encore et encore ce genre d’observations.

Étonnamment, rares sont les duos – même ceux qui sont souvent cités ou appréhendés au détour d’un travail universitaire de première main, d’un article de revue ou d’un chapitre d’ouvrage – qui ont déjà fait l’objet d’études esthétiques et/ou analytiques détaillées d’un point de vue à la fois cinématographique et musicologique. À cet égard, le livre de Solenn Hellégouarch sur les duos formés par Normal McLaren et Maurice Blackburn d’un côté, et David Cronenberg et Howard Shore de l’autre, fait figure d’exception18Souvent, les approches sont d’ordre biographique, comme les ouvrages de Frédéric Gimello-Mesplomb sur Georges Delerue19 et celui de Vincent Perrot sur Vladimir Cosma20. D’autres livres compilent des entretiens croisés entre réalisateurs et compositeurs, au sein desquels les questions de stylistique musicale ne sont finalement qu’effleurées, même s’ils restent bien sûr très intéressants dans les propos rapportés : ce sont les cas, par exemple, des ouvrages de Vincent Perrot21, de Benoît Basirico22 ou de l’ouvrage coordonné par N. T. Binh, José Moure et Frédéric Sojcher23. Signalons aussi les nombreux entretiens – parfois croisés – que l’on peut trouver dans les livrets de disques (par exemple la collection discographique « Écoutez le cinéma ! » d’Universal Music dirigée par Stéphane Lerouge) ou sur les sites internet comme Underscores ou Cinezik en France. Dans le présent volume, les différents auteurs, essentiellement des musicologues et des historiens du cinéma, ont été invités à privilégier une méthode analytique et esthétique sans pour autant délaisser toute une part de contextualisation et un travail de sources précis afin d’apporter une dimension historique nécessaire.

Dans son ouvrage précédemment cité, Solenn Hellégouarch a proposé quelques constantes qui marquent des relations privilégiées entre un réalisateur et un compositeur dans le cadre d’un duo : la sensibilité musicale du réalisateur, l’implication précoce du compositeur dans le projet, la grande liberté accordée au compositeur, la malléabilité ou la disponibilité du compositeur qui se donne pour objet de « capter l’univers du cinéaste », la volonté d’outrepasser les conventions musico-filmiques et d’explorer les rapports musique/images24. Ces conditions suffisent, certes, pour constituer un binôme. Mais nous avançons ici l’hypothèse que cela n’aboutit pas forcément à l’émergence d’un « style duel ». C’est ce que prouvera notre première partie intitulée « Duos de choc. Au service de l’émotion collective ». En s’inscrivant dans le cadre du cinéma populaire25 ou, comme l’appelle plus justement Michel Chion, un « cinéma d’émotion collective26 », les réalisateurs travaillent sur des projets parfois très différents dont le seul dénominateur commun est un impératif de divertissement et de rentabilité. Lié au réalisateur pour des raisons à la fois humaines et artistiques, le compositeur n’a d’autres choix que de s’adapter à des œuvres très diverses, en tenant compte de l’horizon d’attente des spectateurs (et des producteurs !). Ennio Morricone a très bien résumé cette situation :

Quand j’ai collaboré à des films qui coûtaient vingt millions de lires et qui n’avaient pas la prétention, au dire de leurs auteurs, d’être commerciaux, combien je me suis senti plus libre ! Mais quand je fais un film avec Giancarlo Giannini, qui coûte assez cher, je dois me poser la question du public, le réalisateur doit aussi se la poser, s’il n’est pas inconscient. Sinon, la voie est celle du cinéma-vérité : faire des films qui coûtent très peu cher et ne pas se préoccuper des spectateurs. Je ne sais pas si c’est utile pour le cinéma commercial ; ce sera utile pour l’histoire du cinéma. Jusqu’à quel point suis-je prêt à faire une musique plus recherchée, moins facile ? Peu m’importe que la musique soit vendue en dehors du film, cela ne m’a jamais importé, et encore moins maintenant27.

Dans un cadre commercial, la collaboration suivie entre un réalisateur et un même compositeur revêt finalement des aspects aussi variés que les films eux-mêmes, les compositeurs étant généralement guidés par des pistes temporaires28. Il résulte de ces « duos de choc » des difficultés à parvenir au « style duel » défini plus haut – ce qui ne signifie pas pour autant que réalisateur et compositeur n’ont pas chacun un style propre –, en ce qu’il importe avant tout d’aboutir à un produit parfaitement calibré pour leur cible (ce dont s’assurent d’ailleurs un certain nombre de projections-tests). S’ils ne se caractérisent donc pas par l’émergence de singularités musico-filmiques, ces duos finissent tout de même, par la régularité des collaborations, par créer une forme d’unité à l’échelle d’une filmographie, ce que nous souhaitons montrer à travers les différentes études composant la première partie de notre ouvrage.

C’est le cas, par exemple, du duo formé par Francis Lai et Claude Lelouch. En faisant régulièrement appel aux talents de mélodiste du premier – il s’agit de l’une des collaborations les plus longues du cinéma mondial : plus de cinquante ans ! –, le second peut compter sur une bande originale populaire au sens où tout un chacun peut se l’approprier et en fredonner les principaux airs (le fameux Chabadabada…). Charge, par la suite, à l’arrangeur Christian Gaubert de déployer les chansons sous la forme de thèmes sur l’ensemble du film. Jérôme Rossi explore le fonctionnement de ces deux duos « enchâssés » entre le compositeur et le réalisateur d’une part, le compositeur et l’arrangeur d’autre part. Notons que, lorsqu’il travaille pour d’autres réalisateurs, Lai ne change ni son style ni sa conception de la musique de film, montrant que, s’il existe un « style Lai » (un goût pour l’électronique musical et une « patte mélodique » développée en partie au contact des films lelouchiens), ce dont on ne saurait douter, il ne paraît pas justifié de parler d’un style duel Lelouch/Lai.

Si, comme Lai, Cosma cultive l’évidence mélodique, sa solide formation musicale au Conservatoire national de Bucarest puis de Paris lui permet d’expérimenter à sa guise les couleurs les plus insolites. En lui confiant sa première partition de film (Alexandre le Bienheureux, 1967) et en encourageant sa démarche de recherche timbrique, Yves Robert fait éclore chez Cosma une verve créatrice prodigieuse qui va marquer quarante ans de cinéma populaire français. Dans ce volume, Sylvain Pfeffer s’intéresse aux intertextualités présentes dans la collaboration Cosma/Robert, ainsi qu’à la manière dont la musique est mise en scène. Là encore, il s’agit plus d’une belle collaboration que d’un style duel, Cosma creusant une veine personnelle qui change finalement assez peu selon qu’il travaille pour Gérard Oury, Claude Pinoteau, Pierre Richard, Francis Veber ou Claude Zidi.

Les liens d’amitié et de confiance qui liaient Robert et Cosma sont tout aussi profonds entre Spielberg et Williams, le premier allant jusqu’à modifier le montage de la scène finale d’E.T. the Extra-Terrestrial (1982) pour laisser plus de liberté d’expression à la musique. En se concentrant sur cette partition, Chloé Huvet insiste sur quelques traits caractéristiques de l’esthétique musico-filmique développée par Spielberg et Williams dans le genre du film de science-fiction : l’amitié, l’enchantement, la solitude et les fins mélancoliques. C’est l’occasion de remarquer que les deux créateurs ont abordé de nombreux genres (science-fiction, drame historique, aventure, comédie) dans lesquels ils ont laissé une empreinte durable moins par un style duel – le style féérique de Williams est le même pour le Hook de Spielberg (1991), pour Home Alone de Chris Columbus (1990), voire pour les trois premiers Harry Potter (Columbus, Alfonso Cuarón, 2001-2004) – que par d’éclatants chefs-d’œuvre témoignant d’une parfaite adéquation entre musique et image dans le cadre de genres renouvelés.

Comme Spielberg, Luc Besson a cherché, lui aussi, à diversifier les genres dans lesquels il s’inscrit : drame (Le Grand Bleu, 1988 ; Léon, 1994), documentaire (Atlantis, 1991), film historique (Jeanne d’Arc, 1999), saga merveilleuse (Arthur et les Minimoys, 2002-2006), science-fiction (Le Cinquième Élément, 1997 ; Lucy, 2014 ; Valérian et la cité des mille planètes, 2017), polar (Subway, 1985 ; Nikita, 1990 ; Anna, 2019). Florian Guilloux retrace l’itinéraire musical de son compositeur fétiche Éric Serra qui, parti d’un idiome personnel tout à fait singulier avec Le Grand Bleu, s’est trouvé encouragé à enrichir progressivement sa palette et à s’inscrire dans le modèle néo-hollywoodien, une tendance forte chez les compositeurs français des grosses productions du début des années 200029. Le terme de « dépersonnalisation » semble bien s’appliquer ici tout autant au duo qu’au compositeur qui doit s’approprier des codes musicaux éloignés de son style personnel.

Cette première partie s’achève avec l’une des collaborations musicales les plus marquantes des quinze dernières années, celle entre le réalisateur Christopher Nolan et le compositeur Hans Zimmer. Elle fournit une transition idéale avec nos parties suivantes qui s’intéressent à des duos qui ont développé un langage qui leur est propre à l’intérieur d’une filmographie cohérente. Même s’il travaille sur des blockbusters, Nolan n’en poursuit pas moins une voie très personnelle dans la manière de traiter ses sujets (arrière-plan philosophique, narration non linéaire, accentuation des contrastes d’éclairages). De son côté, Zimmer cherche un concept compositionnel singulier pour chacun des films de Nolan, élaborant des idées créatives autour de la temporalité, devenue un axiome de la filmographie du réalisateur américain : par exemple, la transformation des tempi et des fréquences par manipulations numériques de la chanson « Non, je ne regrette rien » d’Édith Piaf dans Inception30 (2010), ou la transposition musico-sonore de la notion d’espace-temps par des cellules musicales jouées à l’orgues confrontées à des samples dans Interstellar (2014)31. En prenant l’exemple de Dunkirk (2017), Jason Julliot pose la question d’une « démission » – l’expression est forte mais à dessein provocatrice – du compositeur, qui renonce au mélodisme pour privilégier une dimension sonore globale correspondant à l’expérience immersive souhaitée par le réalisateur. Si l’approche à la fois cérébrale et spectaculaire offre un formidable écrin à l’invention de Zimmer, il est cependant difficile de voir là un « style duel » : Zimmer a mis au point depuis de nombreuses années une méthodologie qu’il applique avec tous les réalisateurs avec lesquels il travaille32. Chaque partition ainsi conçue est unique et il est difficile de trouver des gestes musico-filmiques qui seraient propres à un travail en binôme en particulier.

La seconde partie de notre ouvrage permet d’avancer dans notre réflexion sur les styles duels. Nous abordons ici des figures musico-filmiques originales, avec des filmographies relativement préservées des diktats commerciaux, même si on ne peut pas encore parler de fusion stylistique. Ces duos sont restés inachevés soit en raison du décès d’un des partenaires (Krzysztof Komeda), de leur éloignement géographique (Georges Franju et Maurice Jarre) ou d’échecs commerciaux (Jean-Daniel Pollet, Jean-Jacques Beineix), soit parce que le binôme continue à l’heure actuelle de se développer (Paul Thomas Anderson et Jonny Greenwood, Carter Burwell et Todd Haynes) ou enfin parce que le réalisateur a changé de thématique au sein de ses films (Thomas Newman et Sam Mendes). Ce dernier cas nous amène dès maintenant à énoncer l’une des conditions d’émergence d’un style duel : la focalisation du réalisateur sur une thématique particulière permet à un duo de se développer sur un temps long à l’intérieur d’un champ d’expression limité, une gamme étroite permettant d’explorer d’infinies nuances.

Tout au long de leurs cinq longs-métrages, Jean-Daniel Pollet et Antoine Duhamel ont toujours travaillé dans « la ferveur et l’exaltation ». Philippe Gonin retrace les étapes de leur évolution artistique de Méditerranée (1963) au film posthume Jour après jour (2004). L’auteur montre comment l’amitié et la compréhension mutuelle sont parvenues à tisser une œuvre commune même si la diversité des projets et les longues ellipses entre les films ne permettent pas vraiment d’évoquer un style duel.

Au sujet de Georges Franju et de Maurice Jarre, Michel Chion évoque davantage une rencontre entre le « monde Franju » et le « style Jarre » qu’un duo véritable. À travers La Tête contre les murs (1959) et surtout Les Yeux sans visage (1960), l’auteur observe notamment que la sonorité spécifique de Jarre (provenant à l’origine du milieu du théâtre) crée une proximité heureuse avec la dimension insolite des films de Franju, ou encore mentionne une « musique mélodique à nue » qui retentit dans le silence d’un personnage. Il inscrit également leur collaboration dans une histoire plus large, celle du « cinéma poétique français » des années 1950 et la rattache au concept d’un « cinéma détressé » pour souligner la non continuité (ou le non-continuum) entre images-musique-sons-bruits.

Si Roman Polanski collabore désormais depuis plus d’une dizaine d’années avec Alexandre Desplat – de The Ghost Writer (2009) à J’accuse (2019) –, l’autre collaboration marquante du réalisateur est celle de ses premiers films avec Krzysztof Komeda. Alexandre Tylski montre combien le jazz décomplexé du musicien – alors même que le jazz sort tout juste de la clandestinité en Pologne dans les années 1950 –, flirtant parfois avec le free jazz, son goût des solos instrumentaux et l’attrait pour les timbres vocaux constituent une empreinte sonore originelle que l’on retrouve dans les films ultérieurs de Polanski.

Alors que Jean-Jacques Beineix avait confié à Vladimir Cosma les musiques de son court-métrage Le Chien de Monsieur Michel (1977) puis du triplement césarisé Diva (1981), il se tourne vers Gabriel Yared, souhaitant un collaborateur exclusif – Cosma était sous contrat pour La Boum 2 (1982) et L’As des as (1982) – et sans doute séduit par un compositeur travaillant sur scénario. Emmanuelle Bobée observe comment, tout au long de leurs trois films en collaboration, Beineix et Yared conservent leur autonomie aux images et à la musique qui, sans parvenir à fusionner tout à fait, atteignent par là même une expressivité peu commune.

Chloé Huvet procède à une « auscultation audio-visuelle » du duo formé par Thomas Newman et Sam Mendes dont le nombre de collaborations s’établit à sept. Elle montre en quoi, dans les deux films American Beauty (1999) et Revolutionary Road (2008), la musique participe à « cette peinture corrosive de l’effritement du rêve américain » dans des familles de la banlieue bourgeoise : « la répétitivité musicale quasi mécanique » fait ressortir un « quotidien morne », les thèmes aux contours flous ne servent pas tant à identifier des personnages qu’à souligner « des traits de personnalité, un état psychologique ou des valeurs morales », et le travail sur le timbre traduit un chaos intérieur ou des envies vaines d’évasion.

Philippe Roger étudie les « variations sur le mélo­drame » – mélodrame étant entendu dans le sens du genre cinémato­graphique et non comme le genre musical comprenant un ensemble instrumental avec récitant – chez Todd Haynes et Carter Burwell à travers la mini-série Mildred Pierce (2011), Carol (2015) et Wonderstruck (2017). L’auteur mentionne l’approche singulière de Burwell dans son traitement du mélodrame, évitant les canons hollywoodiens habituellement convoqués pour ce genre. Le compositeur, connu ailleurs pour sa longue collaboration avec les frères Coen, répond au « mélodrame épuré » de Haynes par une écriture sobre et minimaliste, en insistant sur la focalisation subjective d’un personnage avec l’utilisation d’une orchestration allégée (harpe, piano, cordes, bois solos) et en jouant « sur la tension entre le stable et l’instable, l’équilibre et le déséquilibre ». L’auteur évoque enfin un cas limite, parlant d’« éclatement temporel » par un enrichissement de la palette orchestrale pour Wonderstruck qu’il qualifie de « mélodrame expérimental ».

Cette seconde partie s’achève sur le tandem formé par Paul Thomas Anderson et Jonny Greenwood (musicien du groupe Radiohead). Même si Stéphanie Odoux établit des liens avec les autres films du duo, dont There Will Be Blood (2007) – pour lequel Greenwood a essentiellement recours à un langage contemporain aux côtés des musiques de Krzysztof Penderecki –, elle choisit de centrer son analyse sur Phantom Thread (2017), film emblématique de la collaboration. En alliant plusieurs styles comme le romantisme chambriste, des réminiscences jazzy, une écriture post-minimaliste et des sonorités singulières (ondes Martenot, piano avec sourdine, cymbalum), la musique originale, dans ses entre­lacements avec la musique préexistante, se met au service de la continuité du film à laquelle le réalisateur tient beaucoup. Elle sert également à suggérer l’intimité acerbe qui se noue au fil de l’intrigue, basculant du conte et de l’idylle au vice et au grinçant.

La troisième partie de l’ouvrage, « Duos fusionnels. Alchimie cinémusicale », renvoie clairement à la notion de style duel, dans le sens où la part créative de l’un active l’inventivité de l’autre et où la couleur émergeant au sein du duo ne trouve jamais pareil éclat lorsque le réalisateur et son compositeur opèrent séparément. Même si leur relation n’a pas toujours été fluide, l’esthétique Hitchcock/Herrmann aurait eu toute sa place dans cette partie consacrée aux duos fusionnels. Le schème eros/thanatos, amplement dominé par l’idée fixe chez Hitchcock, est exacerbé par les différentes postures que prennent par exemple les ostinatos de Herrmann, comme le motif de la panique représenté par un ostinato en sauts d’octaves ou encore le motif du voyeurisme qui a pour geste musical un ostinato au rythme syncopé sous une ligne mélodique épurée (souvent reliée au personnage principal). Herrmann a su capturer l’essence même de la narration hitchcockienne en insistant, par son écriture thématique, sur le signifiant. Pratiquement tous les motifs de Vertigo par exemple, celui de Madeleine, de la filature ou celui du vertige – même s’ils relèvent encore de l’identifiant (leitmotiv) –, émanent du point de vue de Scottie, reflétant tant ses peurs et obsessions que ce qu’il projette sur les divers personnages, Madeleine et Carlotta en particulier. Avec le recul et sans doute encore dans le souvenir amer des conditions de sa séparation avec Hitchcock33, Herrmann dira sur un ton certes un peu provocateur, mais sans ambiguïté et avec lucidité : « Il [Hitchcock] termine ses films seulement à soixante pour cent. Je devais les achever pour lui34. » Cette phrase a d’autant plus de résonance lorsque l’on se remémore le fandango du générique de début de North by Northwest, les coups d’archet incisifs et sforzando de la scène de la douche dans Psycho35, ou encore la valse mélancolique en totale osmose avec le travelling circulaire enveloppant le baiser de Madeleine et de Scottie dans Vertigo. C’est à tel point que vouloir y adjoindre d’autres images, d’autres personnages, d’autres couleurs, sous le prétexte d’un quelconque hommage, semble une entreprise vaine, et même un sacrilège pour certains36. Herrmann en avait tellement conscience que, dans le contexte bien spécifique de sa collaboration avec Brian De Palma pour Sisters (1972), variante féminine de Psycho, il saura rappeler au cinéaste italien qu’il « n’était pas Hitchcock37 ». Et in fine, que ce soit aux côtés de Truffaut ou de De Palma, Herrmann voit là une opportunité de prolonger l’esthétique de son duo avec Hitchcock. Par exemple, dans l’ouverture d’Obsession (De Palma, 1976), film qui s’inspire volontairement du scénario de Vertigo, le motif de l’orgue joué sur les images d’une église florentine reprend l’accord charnel (septième mineure d’espèce avec neuvième majeure) autrefois associé au personnage de Madeleine, que le compositeur distord au fur et à mesure, comme pour en faire une variante sombre et méphistophélique, allant ainsi jusqu’à épuisement d’une certaine nostalgie hitchcockienne38.

À côté de bandes originales de films d’épouvante (Red Dragon, Brett Ratner, 2002), de films de science-fiction (Spiderman, Sam Raimi, 2004), ou de quelques génériques de séries (The SimpsonsDesperate Housewives), c’est avec Tim Burton que les partitions de Danny Elfman outrepassent les canons du genre et s’imposent comme de véritables modèles marquant de leur empreinte la mémoire auditive des spectateurs39. Les principes musicaux issus de l’imaginaire créatif elfmanien contribuent à dessiner le contour particulier des contes gothiques de Burton. Elfman s’insère là où l’image trouve une expression dans le sang, la nuit, les arbres aux troncs tordus, les murs grisâtres et les personnages écorchés ou blafards avec des mains d’argent ou des têtes en forme de citrouilles. On assiste alors à une mutation de l’« effet boîte à musique40 » – ailleurs devenu convention du cinéma d’épouvante – en une correspondance sur mesure aux créatures poétiques et macabres du cinéaste.

Autre duo fusionnel, du cinéma espagnol cette fois, Pedro Almodovar et Alberto Iglesias41 comptabilisent une douzaine de longs-métrages. Le cinéma d’Almodovar, c’est Carmen Maura, Penélope Cruz, costumes et objets kitsch, village de la Mancha aux murs blancs, scènes de vie quotidienne à l’âme profondément espagnole, dialogues qui passent du rire aux larmes, non-dits déchirants qui se heurtent à des bavardages étourdissants, personnages écorchés vifs, rongés par les remords et la peur de l’abandon, actes malsains qui côtoient des sentiments purs. En réponse, Iglesias compose souvent des morceaux pour un petit ensemble de cordes synonymes de la chaleur de l’Espagne. Pizzicati vagabonds et arco passionnés se conjuguent pour célébrer le savant et le populaire, le mystère et la danse, l’énergie et la mélancolie douce. En attribuant le premier rôle à un ou deux instruments42 – que ce soit la guitare, le piano, le saxophone ou la clarinette – le compositeur tisse des liens forts entre les personnages. Un film comme Volver (2005), par exemple, offre une forme de syncrétisme du cinéma d’Almodovar depuis La flor de mi secreto (1995) et regarde vers un ailleurs qui lui permet de nous surprendre. Le thème de la mère à la harpe, sur un rythme espagnol proche de la sicilienne, exprime la fluidité originelle. Cette même harpe, au cœur populaire, qui s’était travestie en habanera dans Carne trémula (1997), déclame l’amour et la tendresse qui lie Irena à ses deux filles. Iglesias capture l’essence même de l’univers du cinéaste, entre « douleur et gloire », trouvant une forme d’aboutissement dans le film éponyme autobiographique du réalisateur (2019).

Même si Ennio Morricone43 a développé des collaborations fortes aux côtés de réalisateurs comme Dario Argento44 dans l’univers du giallo italien ou d’Henri Verneuil dans le genre du polar45, c’est grâce au western, et plus particulièrement à l’univers filmique de Sergio Leone, que le compositeur trouve un terrain d’expression pleinement révélateur de son art. Il recrée une instrumentation évocatrice du son du far west américain – guitares mexicaines ou électriques, guimbardes, hurlements, chœurs en syllabes, harmonica, trompette mariachi – afin de dessiner les trajectoires des cowboys, en y adjoignant une dimension parodique à laquelle le réalisateur était attaché. On est également marqué par ses idées musicales brèves aux contours volontairement populaires46, ses motifs fondés sur une échelle modale de six notes47 ou encore par cette manière si particulière de participer à la sacralisation des scènes de duels. Des cellules d’appel s’accrochent aux motifs principaux, comme pour attiser le duel, souvent pensé comme un ballet dans l’alternance, en strette, d’une série de champs-contrechamps énergique. La trompette mariachi nostalgique est parfois relayée par des rythmes de boléro colorant ces longues séquences d’un caractère dansant, et les percussions ou bruitages intégrés à l’orchestre anticipent le coup de feu à venir afin d’exacerber la tension des plans resserrés sur les yeux et les colts. Ainsi, c’est dans le souvenir de ce duo originel que Morricone renouvellera le genre aux côtés de Quentin Tarantino (The Hateful Eight, 2015) l’emmenant vers une forme de western noir48.

Dans le cinéma français contemporain, Jacques Audiard et Alexandre Desplat forment un autre tandem au style duel49. Au choix du réalisateur de privilégier une forme de retenue dans sa mise en scène pour les séquences sentimentales, ne dévoilant que certaines parties du corps et des caresses furtives, répond un langage musical qui vise l’épure, l’abstraction par l’invention d’un minimalisme intégral (étendu à tous les paramètres musicaux). Les non-dits, la remise en question profonde ou la souffrance sont par exemple soulignés par l’emploi d’un registre suraigu ou d’un lyrisme éthéré50. Dans des films comme Sur mes lèvres (2001) ou De battre mon cœur s’est arrêté (2005), Audiard, avec la complicité de son compositeur, se plaît à manier les entrelacs de la musique off et de la musique in. Ainsi, la musique originale, en trompe-l’oreille, résonne parfois à la place de la musique classique diégétique comme accentuation d’une introspection subjective. Même s’il connaît une carrière prolifique à Hollywood, Desplat affirme que sa rencontre avec le réalisateur français a eu un impact fort sur sa manière de penser la composition pour un cinéma intimiste :

Il a fallu beaucoup de travail sur chacun des films pour trouver la bonne couleur. Le cinéma de Jacques Audiard est aussi très difficile à mettre en musique. Ce que j’aime avec lui, c’est que je peux écrire une musique tout à fait décalée, en distance, qui nourrit le film d’autre chose. J’aurai beaucoup appris de cette collaboration. Si je n’avais pas travaillé avec Jacques, je n’aurais pas écrit Girl with the Pearl Earring ou Birth de la même façon. Je n’aurais pas réfléchi à la manière de faire vibrer la musique sans le cinéma de Jacques Audiard51.

À l’instar de ces duos – et on aurait envie ici d’étendre encore ces observations à d’autres collaborations marquantes du septième art, comme François Truffaut et Georges Delerue ou Nanni Moretti et Nicola Piovani –, les auteurs tentent de définir, dans cette dernière partie, l’alchimie particulière qui se crée entre un réalisateur et un compositeur, même si cela paraît plutôt émaner de l’ineffable, de l’impalpable et ne parfois tenir qu’au « presque rien52 ».

Prolifique (vingt-cinq longs-métrages), le duo entre Claude Chabrol et Pierre Jansen se caractérise par une poétique cinématographique qui s’exprime déjà pleinement dans L’Œil du malin (1962). Le traitement de certains sujets récurrents comme la description des mœurs bourgeoises, l’adultère, les plongées dans l’inconscient, les meurtres passionnels, en corrélation avec une musique hautement dissonante, a fini par produire une singularité musico-filmique tout à fait exceptionnelle – le cinéaste parlant lui-même d’un « effet Jansen ». En isolant plusieurs procédés musico-filmiques, Cécile Carayol et Jérôme Rossi décryptent le style de ce duo et cette manière si particulière avec laquelle la musique parvient à faire basculer la narration du réalisme vers un fantastique de l’inconscient pathologique.

Emmanuelle Bobée étudie la « relation symbiotique » entre David Lynch et Angelo Badalamenti qui commence avec Blue Velvet en 1986. Cette collaboration, en partie fondée sur « l’échange et l’improvisation », s’identifie notamment par l’« éclectisme » et le « romantisme sombre ». En entrelaçant longues plages instru­mentales extatiques, chansons planantes, inflexions jazz, électro, reggae dub et rock industriel, la musique de Badalamenti devient « un élément fondateur » de l’univers lynchéen jusqu’à Mulholland Drive (2001) pour sonder l’inconscient et renforcer la dimension onirique ou inquiétante des films.

Michel Ocelot et Christian Maire se décrivent comme des « bricoleurs-inventeurs » multipliant les expériences au gré de leurs nombreux courts-métrages en collaboration. En explorant les « ateliers Dufond-Dujardin », Florian Guilloux explique la manière dont la musique de Christian Maire semble « parfaitement épouser le propos de chaque film aussi bien que la technique d’animation employée, qu’il s’agisse de papier découpé, de graphisme inspiré du théâtre d’ombres ou encore de stéréoscopie ».

Dans son étude consacrée au duo formé par Jō Hisaishi et Hayao Miyazaki, Krishvi Naëck souligne l’attachement de la musique à la part subjective des personnages, le jeu avec les silences ainsi que l’absence de ponctuations attendues et de climax participant du refus d’une trop grande narrativisation du discours musical au bénéfice d’une poésie de l’ensemble ; pour l’auteur, la partition fait partie intégrante de l’esthétique de Miyazaki et il semble vain de vouloir l’en désolidariser.

Cécile Carayol analyse enfin l’esthétique commune de François Ozon et Philippe Rombi, définie en préambule par le duo lui-même. Il ne s’agit pas de rentrer dans le détail des douze longs-métrages – des Amants criminels (1998) à L’Amant double (2017) – de la collaboration, mais de montrer, à travers un corpus choisi pour sa cohérence, l’existence d’une véritable corrélation artistique au cœur de l’intime et du fantasme. Le compositeur invente une écriture sur mesure entre mélancolie contenue, minimalisme et jeu du vrai/faux pour l’univers du cinéaste qui tend à confondre réalité et imaginaire, érotisation et confusion, cultivant une certaine ambiguïté au sein d’une trajectoire narrative très dessinée.

*

Le présent ouvrage ne prétend pas faire le tour de la fascinante question des rapports entre réalisateurs et compositeurs, mais ces dix-sept études musico-filmiques cherchent à isoler les principes musicaux stylistiques fondateurs d’un duo dans son évolution, afin de déceler des permanences par-delà la diversité des films : c’est en cela qu’un tandem peut prétendre à une cohérence auctoriale. En postulant l’existence d’un « style duel » de nature proprement musico-filmique, les textes qui suivent montrent différents stades d’accomplissement d’un binôme, depuis les collaborations de circonstance où chaque protagoniste conserve son style personnel jusqu’au stade d’une fusion artistique, cinémusicale. Il n’y a ni systématisme ni relation sans nuage : Pierre Jansen sera remplacé par Matthieu Chabrol, le fils de Claude Chabrol, les longs-métrages de Michel Ocelot ne seront jamais mis en musique par Christian Maire, François Ozon a fait un certain nombre de films sans faire appel à Philippe Rombi pour la musique. Mais quoi qu’il en soit, les styles personnels des réalisateurs restent définitivement marqués par l’empreinte d’un compositeur avec lesquels ils ont pu développer un style duel. Si l’œuvre de Frederico Fellini continua à porter la trace de son « ami magique53 » Nino Rota après la mort de ce dernier, c’est qu’il s’agissait bien, au-delà des notes, d’une mutuelle et totale compréhension. Se souvenant de leur première collaboration sur Le Cheik blanc, Fellini écrit : « Nous comprîmes alors que nous travaillerions bien ensemble. Ce ne fut pas un choix. Ce fut vraiment une véritable convergence de deux tempéraments, de deux êtres qui devaient nécessairement, dans la limite de leurs résultats, cohabiter avec l’expression d’un film, rendu plus vital, plus évocateur par la musique54. »

*

Nota bene

L’abréviation VG est utilisée pour « vidéogramme ». Sauf mention contraire, toutes les transcriptions présentes dans ce recueil sont des transcriptions réalisées par les auteur·rice·s à partir des DVD originaux (première édition) ou de la bande originale (première édition). Dans ce dernier cas, les titres des cues (séquences musicalisées) sont indiqués entre guillemets.


1. Stéphane Lerouge, « Entretien avec Bertrand Blier », dans Écoutez le cinéma ! 20 ans, livre-disque, Universal Music France/DECCA, 2021, p. 55.

2. Avec le réalisateur, le scénariste, l’adaptateur et l’auteur de l’œuvre original [romancier] : article 14 de la loi 57-298 du 11 mars 1957, ainsi que l’article L 113-7 du code de la propriété intellectuelle.

3. C’est le cas par exemple d’Alain Resnais qui a privilégié le recours à un compositeur différent par film – à l’exception de Muriel ou le Temps d’un retour et L’Amour à mort, avec une musique de Hans Werner Henze, et de ses quatre derniers films, dont la musique a été composée par Mark Snow (Cœurs, Les Herbes folles, Vous n’avez encore rien vu et Aimer, boire et chanter).

4. Voir Jérôme Rossi, « Roland-Manuel et la musique de film : véhémence et discrétion », Musurgia, vol. XXVI, n° 3-4, 2019.

5. Georges Delerue se souvient de sa phrase : « Maintenant c’est la récréation, on va parler de la musique. » (« Mon ami François », entretien avec Stéphane Lerouge, Georges Delerue, site officiel [http://www.georges-delerue.com/francois-truffaut/], consulté le 10 février 2021. Par ailleurs, à côté de sa collaboration suivie avec Georges Delerue, François Truffaut fit appel à Bernard Herrmann pour Fahrenheit 451 (1966) et La mariée était en noir (1968), à Antoine Duhamel pour Baisers volés (1968), La Sirène du Mississipi (1969), L’Enfant sauvage (1969) et Domicile conjugal (1970), et à Maurice Jaubert post-mortem pour L’Histoire d’Adèle H. (1975), L’Argent de poche (1976), L’Homme qui aimait les femmes (1977) et La Chambre verte (1978).

6. Pierre Billard, « Entretien avec François Truffaut », Cinéma 64, n° 86, juin 1964.

7. Michel Chion, La Musique au cinéma, Paris, Fayard, « Les chemins de la musique », 1995, p. 296.

8. « La force du néo-hollywoodisme amorcé par John Williams à la fin des années 1970 est de réintroduire les principes d’écriture provenant du symphonisme hollywoodien des années 1930-1940. […] La singularité des partitions de John Williams s’affirme surtout dans le fait d’adapter ce symphonisme aux besoins – techniques et musicaux – plus récents, en mêlant les codes établis à des exigences artistiques personnelles avec l’utilisation d’un langage plus moderne auquel des compositeurs comme Jerry Goldsmith, John Barry, Howard Shore, Christopher Young, Danny Elfman, puis James Horner, [et dans une moindre mesure] Hans Zimmer ou James Newton Howard s’associent. » (Cécile Carayol, Une musique pour l’image. Vers un symphonisme intimiste dans le cinéma français, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012.)

9. Esthétique musicale du cinéma français commençant au début des années 2000 centrée sur l’intériorité des personnages. À ce sujet, voir Cécile Carayol, Une musique pour l’image. Vers un symphonisme intimiste dans le cinéma françaisibid.

10. André Bazin, « De la politique des auteurs », Cahiers du cinéma, no 70, 1957, p. 10.

11. Royal S. Brown, « Herrmann, Hitchcock, and The Music of the Irrational », Overtones and Undertones. Reading Film Music, chapitre 6, Bekerley, University of California Press, 1994, p. 148-174.

12. Graham Bruce, Bernard Herrmann. Film and Narrative, Michigan, UMI Research Press, 1985.

13. Alain Lacombe et Claude Roche parlent par exemple des « accords parfaits » entre un réalisateur et son compositeur (Alain Lacombe et Claude Roche, La Musique de film, Paris, François Van de Velde, 1979) tout comme N. T. Binh, José Moure et Frédéric Sojcher dans le titre du livre qu’ils ont coordonné (Cinéma et Musique. Accords parfaits. Dialogues avec des compositeurs et des cinéastes, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2014).

14. Michel Chion, La Musique au cinéma, op. cit., p. 297.

15. Accord parfait mineur avec septième majeure identifié comme « l’accord Hitchcock » par Royal S. Brown, « Bernard Herrmann, La dynamique des émotions », Cahiers du cinéma, numéro hors série (« Musiques au cinéma »), Paris, Éditions de l’Étoile, 1995, p. 25 ; ou, du même auteur, Overtones and Undertones. Reading Film Musicop. cit., chapitre 6 : « Herrmann, Hitchcock, and the Music of the Irrational ».

16. Dans Hangover Square, cet accord soulignait la fêlure psychologique du personnage principal, compositeur-pianiste, partagé entre son amour sincère pour une chanteuse et ses meurtres en série déclenchés par des sons discordants.

17. Voir à ce sujet, par exemple, Steven C. Smith, A Heart at Fire’s Center. The Life and Music of Bernard Herrmann, Berkeley, University of California Press, 2002, p. 286-287.

18. Solenn Hellégouarch, Musique, cinéma, processus créateur. Norman McLaren et Maurice Blackburn, David Cronenberg et Howard Shore, Paris, Vrin, 2020.

19. Frédéric Gimello-Mesplomb, Georges Delerue. Une vie, Paris, Curutchet-Harriet, 1999.

20. Vincent Perrot, Vladimir Cosma. Comme au cinéma, Paris, Hors Collection, 2009.

21. Vincent Perrot, B.O.F. Musiques et compositeurs du cinéma français, Paris, Dreamland, 2002.

22. Benoît Basirico, La Musique de film. Compositeurs et réalisateurs au travail, Paris, Hémisphère Éditions, 2018.

23. N. T. Binh, José Moure et Frédéric Sojcher (dir.), Cinéma et Musique. Accords parfaits. Dialogues avec des compositeurs et des cinéastesop. cit.

24. Solenn Hellégouarch, Musique, cinéma, processus créateur. Norman McLaren et Maurice Blackburn, David Cronenberg et Howard Shoreop. cit., p. 16.

25. Comme le résument Richard Dyer et Ginette Vincendeau (dir.), Popular European Cinema, Londres, Routledge, 2013, p. 2 : « Le populaire peut se référer à ce qui a obtenu un succès commercial ou à des choses qui sont produites par le peuple ou qui expriment sa pensée, ses valeurs et ses sentiments. » [« The popular can refer to things that are commercially successful and/or things that are produced by, or express the thoughts, values and feelings of, “the people”. There are various ways of expressing this distinction. »]

26. Michel Chion, La Musique au cinéma, Paris, Fayard, « Les chemins de la musique », 1995, p. 155.

27. Ennio Morricone, cité dans N. T. Binh, José Moure et Frédéric Sojcher (dir.), Cinéma et Musique. Accords parfaits. Dialogues avec des compositeurs et des cinéastesop. cit., p. 20-21.

28. La piste temporaire (ou temp track) est une musique posée sur l’image par le superviseur musical ou le monteur image ; elle est destinée à donner un rythme au montage et à servir de guide au compositeur. Voir Ronald H. Sadoff, « The Role of the Music Editor and the “Temp Track” as Blueprint for the Score, Source Music, and Scource Music of Films », Popular Music, vol. 25, n° 2, 2006, p. 165-183.

29. À ce sujet, voir Cécile Carayol, Une musique pour l’image. Vers un symphonisme intimiste dans le cinéma françaisop. cit., chapitres 1 et 2.

30. Emmanuelle Bobée, « Inception : une exploration musicale du temps », dans Cécile Carayol, Pierre Albert Castanet et Henning Lohner (dir.), Hans Zimmer. Un nouvel Hollywood sonore et musical ?, colloque international, Université de Rouen (CEREdI, GrHIS), 25 et 26 avril 2017, [https://webtv.univ-rouen.fr/videos/hans-zimmer-26-04-2017-100102-partie-9_75079/].

31. À ce sujet, voir Cécile Carayol, La Musique de film fantastique. Codes d’une humanité altérée, Pertuis, Rouge Profond, 2021, chapitre 6.

32. Voir la masterclass de Hans Zimmer « Hans Zimmer Teachers Film Scoring » disponible sur le site [www.masterclass.com] (consulté le 10 mai 2021).

33. Pour le film The Torn Curtain (1966), suite à une session d’audition dans les studios, Hitchcock rejette la musique de Herrmann avec peu de déférence pour son compositeur, de manière abrupte malgré la relation de confiance et d’amitié qui s’était nouée au fil de leur collaboration. Herrmann sera alors remplacé par John Addison.

34. « He only finishes a picture 60 percent. I have to finish it for him. » (Royal S. Brown, « An Interview with Bernard Herrmann », High fidelity, septembre 1976, [http://www.bernardherrmann.org/articles/an-interview-with-bernard-herrmann], consulté le 10 mai 2020 ; l’entretien apparaît également dans l’ouvrage du même auteur, Overtones and Undertones, op. cit.)

35Psycho a sans doute paradoxalement contribué à ternir la qualité de la relation entre Herrmann et Hitchcock : le réalisateur ne voulait initialement pas de musique pour la scène de la douche, mais il s’est vu contraint d’admettre qu’il devait à la musique une partie du succès de son film et de cette séquence en particulier. Pour The Torn Curtain, lorsque Herrmann ignorera une nouvelle fois sa demande de ne mettre aucune musique pour la scène de meurtre en proposant une partition très riche en cuivres, Hitchcock rejettera sans détour musique et compositeur.

36. Choquée par l’utilisation d’extraits de Vertigo dans The Artist (Michel Hazanavicius, 2011), Kim Novak, par exemple, s’est exprimée publiquement sur le sujet, parlant à ce propos de « viol » et de « faute morale » dans le journal Variety du 10 janvier 2012.

37. S’adressant à Brian De Palma lors de leur collaboration pour Sisters, Bernard Herrmann s’est insurgé contre toute tentative de mimétisme : « Vous n’êtes pas Hitchcock ! Il peut faire ses films aussi lents qu’il le souhaite au début ! Et vous savez pourquoi ? […] Parce qu’il est Hitchcock et qu’ils [les spectateurs] attendront. » [« You are not Hitchcock ! He can make his movies as slow as he wants in the beginning ! And do you knom why ? […] Because he is Hitchcock and they will wait. »] (Steven C. Smith, A Heart at Fire’s Center. The Life and Music of Bernard Herrmann, op. cit., p. 321.)

38. On trouve aussi des hommages à la période hitchcockienne dans la musique de chambre du compositeur : le matériau thématique de son quatuor à cordes intitulé Echoes (1965) conserve des traces des motifs et des textures sonores de Psycho, tandis que les thèmes de Madeleine (héroïne de Vertigo interprétée par Kim Novak) ou de Marnie (héroïne du film éponyme interprétée par Nathalie Kay – alias Tippi – Hedren) s’entrelacent dans son quintette pour clarinette et cordes intitulé Souvenirs de Voyage (1967).

39. Danny Elfman a composé la musique de seize longs-métrages de Tim Burton.

40. Voir Cécile Carayol, « L’effet boîte à musique dans les films de Tim Burton », dans Mélanie Boissonneau, Bérénice Bonhomme, Adrienne Boutang (dir.), Tim Burton. Horreurs enfantines, Paris, L’Harmattan, 2016, p. 53-64 ; Ead., La Musique de film fantastique. Codes d’une humanité altérée, Pertuis, Rouge Profond, 2021.

41. Voir François Porcile, « Heureux tandem : Pedro Almodovar et Alberto Iglesias », dans Séverine Abhervé, N. T. Binh, José Moure (dir.), Musiques de films. Nouveaux enjeux. Rencontre sensible entre deux arts, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2014, p. 75-83.

42Ibid., p. 80 : « Cette économie de moyen se double chez Alberto Iglesias d’une rare pertinence dans les choix et les combinaisons de timbres. »

43. Ennio Morricone est mort à Rome le 6 juillet 2020.

44. Ce duo comprend la trilogie animale – L’uccello dalle piume di cristallo, (1970), Il gatto a nove code (1971), Quattro mosche di velluto grigio (1971) – et La Sindrome di Stendhal (1996). Voir, à ce sujet, Chloé Huvet, « Le crime était presque parfait : musique et psychoses meurtrières dans la trilogie animale de Dario Argento », dans Ead. (dir.), Et pour quelques notes de plus. Hommage à Ennio Morricone (1928-2020), colloque, projection et prestations musicales, Université d’Évry, 22-23 mars 2021, [https://mediaserveur.univ-evry.fr/videos/le-crime-etait-presque-parfait-musique-et-psychoses-meurtrieres-dans-la-trilogie-animale-de-dario-argento/].

45. La collaboration entre Henri Verneuil et Ennio Morricone débute avec un western, Guns for San Sebastian (1968), puis s’étend sur cinq polars : Le Clan des Siciliens (1969), Le Casse (1971), Le Serpent (1973), Peur sur la ville (1975) et I… comme Icare (1979). L’étude de ces cinq films dans leur succession dévoile un approfondissement progressif du genre du polar chez Morricone. Voir, à ce sujet, Jérôme Rossi, « Émergence et affirmation d’une esthétique morriconienne du polar chez Henri Verneuil », dans Chloé Huvet (dir.), Et pour quelques notes de plus. Hommage à Ennio Morricone (1928-2020), colloque, op. cit., [https://mediaserveur.univ-evry.fr/videos/emergence-et-affirmation-dune-esthetique-morriconienne-du-polar-dans-les-films-dhenri-verneuil-1968-1979/].

46. Ennio Morricone explique : « La meilleure explication se trouve dans la forme d’écriture “populaire” que j’adopte. Je veux dire par là que j’utilise des accords simples. Je n’ai jamais recours à des choses compliquées pour paraître prétentieux. Du coup, mes compositions sont d’une écoute facile et entrent en résonance avec la pop music. » (Julien Welter, « Ennio Morricone : Je n’étais pas conscient de réinventer le western », L’Express, octobre 2011, [https://www.lexpress.fr/culture/cinema/festival-de-rome-interview-d-ennio-morricone-j-utilise-des-accords-simples_1044582.html].)

47. Charles Leinberger, « The Dollars Trilogy : There Are Two Kinds of Western Heroes, my Friend ! », dans Kathryn Kalinak (dir.), Music in the Western, New York, Routledge, 2012.

48. Voir Cécile Carayol, « Focale sur le duo Morricone/Tarantino : le huis-clos musical de The Hateful Eight, entre western et thriller psychologique », dans Chloé Huvet (dir.), Et pour quelques notes de plus. Hommage à Ennio Morricone (1928-2020), colloque, op. cit., [https://mediaserveur.univ-evry.fr/videos/focale-sur-le-duo-morriconetarantino-le-huis-clos-musical-des-huit-salopards-entre-western-et-thriller-psychologique/].

49Regarde les hommes tomber (1993), Un héros très discret (1996), Sur mes lèvres (2001), De battre mon cœur s’est arrêté (2005), Un prophète (2009), De rouille et d’os (2012), Les Frères Sisters (western américain, 2018).

50. Cécile Carayol, Une musique pour l’image. Vers un symphonisme intimiste dans le cinéma français, op. cit., chapitres 4 et 8.

51Cécile Carayol, « Alexandre Desplat nous entraîne dans le sillon de sa double vie musicale », entretien avec Alexandre Desplat, Cinéfonia, n° 18, avril 2006, p. 82.

52. Vladimir JankélévitchDebussy et le mystère de l’instant, Paris, Plon, 1976, p. 21.

53. Expression de Frederico Fellini reprise dans le titre du documentaire de Mario Monicelli consacré à la collaboration entre Rota et Fellini : Un amico magico : il maestro Nino Rota (1989).

54. Federico Fellini, dans Pier Marco de Santin, La musica di Nino Rota, Bari, Laterza, 1983, p. 74.

 

Cécile Carayol et Jérôme Rossi

Esthétiques hors cadre

Présentation

Procédant par essais personnels ou par travaux d'équipe, cette collection développe une recherche sur la pluralité de l'art. Il s'agit tout d'abord d'explorer des zones sensibles et des modes d'approche susceptibles de définir autrement notre rapport à la question de l'art. Il s'agit de croiser disciplines, temps et territoires de façon à ouvrir, dans chaque oeuvre ou dans chaque domaine artistique, la différence venue d'un autre art ou d'une autre pensée de l'oeuvre.
À ce titre, la musique et la littérature, la peinture, le cinéma ou le théâtre voisinent dans une enquête menée selon des points de vue variables, qui allient philosophie et poétique, pragmatique, sociologie et psychanalyse pour projeter hors cadre la question de l'esthétique.

« Sur le pluriel de l'art, dans les arts et dans les lettres »

Sous la direction de Aline Caillet et Cécile Sorin